essai youtube.png

Marie-Laure Célisse

Musicienne aguerrie, Marie-Laure  est une amoureuse des mots.

Elle vous embarquera dans son univers mêlant rythmes, groove et textes savoureusement incisifs.

Artiste toute en pep’s et fraîcheur, elle prend autant de plaisir en studio que sur scène.

Sa connexion avec le public est aussi évidente qu’immédiate.

À propos

Née dans le Nord de parents musiciens, Marie-Laure Célisse est « tombée dedans à la naissance » à tel point qu’âgée de trois jours, elle trônait déjà, dans son petit couffin, au milieu d’un orchestre.

C’est donc tout naturellement qu’elle commence la flûte traversière à cinq ans, avant de poursuivre un parcours sans fautes. Avant ses dix-huit ans, elle termine déjà ses études musicales dans les conservatoires de Chambéry puis Lyon, avant de rejoindre la capitale pour se perfectionner.

Bosseuse dans l’âme, elle devient rapidement instrumentiste professionnelle, mais c’est après un changement de vie radical qu’elle a eu besoin de faire entendre sa voix, de chanter !

Car le chant c’est une histoire d’amour de longue date: déjà un lien très fort avec sa maman, c’est un véritable refuge, mais aussi une source d’engagement dès son plus jeune âge ! Imaginez la petite Marie-Laure de sept ans, en train d’admirer Marilyn Monroe et son célèbre « Poupoupidou » mais frustrée de ne pas comprendre l’anglais, et que les autres petites filles non plus… C’est le point de départ d’une voie toute tracée, enfin, d’une voix toute tracée, celle de chanter en français !

La suite ? Du chant, de la flûte, de la Musique évidemment, pas moins de 200 concerts sous son nom, et dans la langue de Molière évidemment, ce qui crée ce lien unique entre Marie-Laure et son public ! Avec des influences pop des années 70, mais aussi de Quincy Jones, Aretha Franklin, Nina Simone, Peggy Lee, ou encore Jacques Brel, Georges Brassens, Éric Toulis et Jeanne Cherhal, Marie-Laure Célisse ne manque pas de style tout en proposant un répertoire unique et assumé, plein de charme et de caractère à son image !

M.K

© Florian Barcelo